G e O s t r a t O s

Geostratos, le centre francophone d’information et d’étude géopolitique contemporaine

Trois membres du PKK tués dans des accrochages avec l’armée Turque

Posted by geostratos sur 12 novembre 2006

Trois membres du PKK (organisation terroriste) ont été tués dans des accrochages survenus entre les 6 et 11 novembre dans le sud-est de la Turquie, a-t-on annoncé dimanche de source officielle.

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par l’Union européenne, les Etats-Unis et la Turquie.

Les trois terroristes ont été abattus après avoir ouvert le feu sur des hélicoptères qui volaient à basse altitude dans la zone de Bestler-Dereler de la province de Sirnak, située à la frontière avec l’Irak, précise un communiqué du gouvernorat local.

L’armée a saisi lors des opérations poursuivies dans cette région pas moins de 110 grenades et 56 kg d’explosifs, souligne le document.

Les terroristes ont considérablement accru leurs violences, en particulier l’été dernier, après avoir mis fin en juin 2004 à un cessez-le-feu unilatéral qu’ils avaient décrété cinq ans auparavant, peu de temps après l’arrestation de leur chef, Abdullah Öcalan.

Cet été, des attentats, attribués aux Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), une branche du PKK, ont semé la terreur dans les stations balnéaires et à Istanbul. L’escalade a connu son paroxysme le 15 septembre avec l’explosion d’une bombe, cachée dans un thermos, à une station de bus de Diyarbakir tuant dix personnes dont sept enfants.

Les attentats meurtriers du PKK visant des cibles civiles et militaires, et les affrontements avec les forces de l’ordre ont fait plus de 37.000 morts en Turquie depuis 1984, date à laquelle le PKK a lancé sa campagne de violences pour la création d’un Etat kurde marxiste et indépendant dans le sud-est anatolien.

Le PKK dispose de plusieurs camps dans le nord de l’Irak, depuis lesquels ses militants s’infiltrent en territoire turc pour des attaques sporadiques. Ankara s’est souvent plaint de l’inaction de Bagdad et de Washington face au PKK dans cette zone.

Le PKK a annoncé un nouveau cessez-le-feu unilatéral le 1er octobre dernier. Les combats ont sensiblement diminué depuis.

Selon les experts de la lutte antiterroriste, le PKK n’hésite pas à recourir à des cessez-le feu lorsqu’il est en position de faiblesse politique et militaire. Ayant enregistré de lourdes pertes ces derniers mois sous la pression militaire de la Turquie et de l’Iran, qui ont mené des opérations conjointes contre les bases terroristes en Irak, et disposant d’une marge de manoeuvre de plus en plus réduite sur le plan politique, le PKK pourrait avoir décrété cette « trêve » à des fins tactiques. D’autant que l’approche de l’hiver va bientôt rendre impossible les opérations du groupe séparatiste, ce qui fait dire à plusieurs spécialistes que ce cessez-le-feu est de saison et comporte une dimension tactique non négligeable.

Par quatre fois le PKK a déclaré suspendre ses violences dans le passé, sans respecter ses annonces. En 1993, le PKK avait rompu sa « trêve » en massacrant 33 jeunes conscrits désarmés, mettant la Turquie en état de choc.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :