G e O s t r a t O s

Geostratos, le centre francophone d’information et d’étude géopolitique contemporaine

Les Amis d’un Iran Libre, une association d’Eurodéputés inféodée à une organisation terroriste

Posted by geostratos sur 14 mars 2007

eufriendsofiran4kp.gif

La récente diffusion via internet d’une vidéo montrant Paulo Casaca en train de festoyer avec les membres de l’Organisation terroriste OMPI/CNRI au Camp d’Ashraf en Irak, a une nouvelle fois défrayé la chronique et relancé le débat.

Un certain nombre d’interrogations se posent. Quel intérêt pour un Eurodéputé de s’afficher de la sorte avec une organisation inscrite sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne mais aussi du département d’Etat américain ? A quel titre Monsieur Casaca a t-il fait le déplacement en Irak pour affirmer son soutien à l’OMPI/CNRI ? Avec quels fonds a t-il financé ce voyage au camp d’Ashraf ?

Pour répondre à ces questions, il faut certainement se pencher sur l’existence d’une association agissant au cœur même des institutions européennes et dont Monsieur Casaca est le coprésident.

Cette association « Les amis d’un Iran libre » est en fait un groupe d’Eurodéputés. Cette dernière ne représente rien en terme de d’adhérents, puisqu’elle en compte moins d’une dizaine. Cependant, elle a pris fait et cause pour l’Organisation des Moujahedine du peuple d’Iran (OMPI/CNRI). La collusion entre cette association et l’OMPI/CNRI est désormais clairement établie. Il suffit pour cela de consulter les différents communiqués de l’organisation terroriste pour s’en rendre compte.

Les « Amis d’un Iran libre » ont continuellement et systématiquement soutenu l’OMPI/CNRI. A la fois au cours de ses divers campagnes de réhabilitation, mais aussi et surtout pour son retrait de la liste des organisations terroristes de l’UE.

En fait, ce petit groupe d’Eurodéputés très influents dans les institutions européennes, regroupé au sein d’une association est un outil particulièrement précieux pour l’OMPI/CNRI. En effet, l’Organisation terroriste a compris depuis longtemps l’importance de disposer d’une vitrine, d’une courroie de transmission, et d’une caisse de résonance au sein des institutions politiques nationales et internationales, et plus encore au Parlement européen.

A ce sujet, l’exemple de la campagne menée par « les amis d’un Iran libre » contre l’organisation internationale de défense des libertés humaines (Human rights watch (HRW)) est particulièrement emblématique et confondante quant aux buts poursuivis par cette association.

En effet, HWR a publié un rapport accablant sur les pratiques de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran. Ce dernier, mettait en évidence à la fois la dérive sectaire, les pressions psychologiques mais aussi la dangerosité de cette organisation terroriste.

Dans un premier temps, le groupe de pression « les Amis d’un Iran Libre » déclarait que ce rapport sur l’Organisation des Moujahedine du peuple d’Iran était à la fois « partial et violait le droit de la défense » mais aussi qu’il « était déformé et dépourvu de toute légitimité ».

Dans un deuxième temps, l’association se décidait rapidement à mener sa propre « contre enquête » de façon « indépendante » avant que le fameux rapport d’HRW désormais sur la place publique ne fasse trop de bruit. A cet effet, elle diligentait de façon expresse André Brie et Paulo Casaca en Irak pour « investiguer ».

Aux vues des prises de positions de l’association « des Amis d’un Iran Libre » concernant le rapport d’HWR les résultats de cette « contre-enquête commanditée ? » ne faisaient guère de doutes. Le postulat de base ayant servi à mener cette investigation étant de réfuter point par point le rapport de Human rights watch, pour en diminuer sa portée médiatique. Au final, c’est un rapport sans intérêt, qui n’apporte aucun élément nouveau, mais qui a par contre le mérite de montrer la collusion directe qui existe entre l’association « des Amis d’un Iran Libre » et l’organisation terroriste OMPI.

Au-delà de ce simple aspect, tout citoyen européen soucieux du respect de ses institutions et de l’utilisation des deniers publics pourra à juste titre se poser la question du financement des activités de cette association. Espérons que l’argent du contribuable européen n’a pas servi à faire l’apologie d’une organisation terroriste.

Pour conclure, si « les Amis d’un Iran libre » ne ménagent pas leur peine pour tenter de redonner à l’organisation une légitimité, une crédibilité sur la scène internationale, en multipliant les déclarations, les interventions, les colloques… il leur sera toutefois bien difficile de trouver une place à l’ OMPI/CNRI dans le concert international des organisations libres et démocratiques.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :