G e O s t r a t O s

Geostratos, le centre francophone d’information et d’étude géopolitique contemporaine

Lobby pour terroristes

Posted by geostratos sur 28 mai 2008

Dans la lutte entreprise par les USA contre la république islamique d’Iran, il fallait bien s’attendre à ce que les USA recherchent l’appui de groupes d’opposition.

Il y a bien entendu les monarchistes. Des liens existent surtout au travers d’officiers supérieurs américains qui ont connu de nombreux officiers iraniens à l’époque de la très proche collaboration militaire entre les deux pays du temps du Shah. Cette opposition ne semble pas être assez active aux yeux des USA.

Il y aussi les kurdes iraniens et leur groupe armé, le PJAK (Party for a Free Life in Kurdistan) qu’on soupçonne de récents attentats et qui prétend pouvoir frapper jusque dans Téhéran. Mais les liens du PJAK avec le PKK (groupe terroriste des Kurdes de Turquie) empêchent les Américains de les soutenir massivement pour ne pas déplaire à leurs propres alliés turcs.

Il y a aussi une opposition sociale-démocrate, une autre nationaliste, des marxistes mais tous ignorés par les services américains.

Il est vrai que ceux-ci disposent d’auxiliaires potentiels, sans scrupules ni problèmes moraux à espionner leur propre pays pour le compte des USA. Nous voulons parler des Moudjahidins du peuple iranien, alias OMPI, alias CNRI, alias MKO, MEK, etc…

Mais malgré que les troupes et les services de renseignement US utilisent déjà les soldats perdus de l’OMPI comme mercenaires, le Département d’Etat continue à considérer ce groupe comme terroriste et le maintient sur sa liste d’organisations terroristes. Ce qui limite très fort les possibilités d’action politique de l’OMPI/CNRI tant aux USA qu’ailleurs dans le monde.

L’OMPI a donc entrepris, à grand frais (il est vrai qu’à l’époque, ils furent financé par Saddam Hussein qui fut très généreux), une vaste campagne de lobbyng via une importante société de lobbyng ayant pignon sur rue : DLA Piper.

DLA Piper qui est présent dans 27 pays n’a pas ménagé ses efforts. Ainsi DLA Piper en collaboration avec une société de « gestion de crises » Global Options a publié un rapport de 232 pages où était traité, entre autres, de l’inexactitude des éléments qui font que le Département d’Etat maintenait l’OMPI/CNRI sur la liste des groupes terroristes.

Un autre des défenseurs attitrés de l’OMPI/CNRI aux USA est Raymond Tanter, professeur à l’université de Georgetown aux Etats-Unis et ancien membre du Conseil de sécurité nationale à la Maison Blanche. Il préside actuellement le Comité pour une politique iranienne (Iran Policy Committee IPC) qui fait du lobbyng en faveur des Moudjahidins. Ce comité compte dans ses membres dirigeants, une brochette d’anciens membres des forces armées et des services de renseignements US.
Mais qu’est-ce qui peut motiver une société comme DLA Piper et d’autres de faire du lobbyng pour des terroristes ? Jouant ainsi avec le feu, puisqu’elle pourrait être poursuivi par la justice américaine pour entretenir des relations avec un groupe se trouvant justement sur la liste des groupes terroristes aux USA !

L’argent, tout simplement ! Selon le National Journal Magazine, DLA Piper aurait reçu depuis 2003, 860.000 $ d’associations ou de personnes appartenant à la mouvance des Moudjahidins. D’autres appuis sont achetés en offrant, par exemple, des voyages tout frais payés à certains élus américains. National Journal parle ainsi d’un élu républicain qui aurait reçu 8.000 $ rien que pour venir parler à Paris devant des sympathisants de l’OMPI/CNRI.

Tout cela est sans doute cher mais DLA Piper a eu certains résultats comme par exemple, faire passer au Sénat, à l’occasion d’un vote sur la défense des droits de l’homme en Iran, une motion poussant le gouvernement US à plus soutenir les groupes d’opposition iraniens et donc aussi l’OMPI/CNRI.

L’autre groupe de lobbyng,  Iran Policy Committee, vit bien aussi puisque ses bénéfices approchent le million de dollars et que les responsables se sont octroyés de plantureux salaires. Officiellement, il s’agit de gains obtenus grâce à des conférences et à des dons privés. Il est vrai que recevoir directement de l’argent de l’OMPI/CNRI serait un crime fédéral…

Le travail de lobbyng aux USA a eu ses hauts et ses bas. Si 220 membres du Congrès ont signé en 1998 une déclaration appelant à retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes, le Département de la justice avait fait fermé leur bureau à Washington en 2003.

Il est vrai qu’une partie de l’appareil de renseignement américain n’oublie pas les 6 citoyens américains asassinés par l’OMPI : le lieutenant Colonel de l’US Army Lewis Hawkins, assassiné le 02/9/73 Le colonel de l’Air Force Paul Schaeffer, assassiné le 21/5/75 Le lieutenant colonel de l’Air Force Jack Turner, assassiné le 21/05/75 Donald Smith, Robert Krongrad et William Cottrell, tous trois cadres de la société Rockwell International, assassinés le 28/08/76.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :