G e O s t r a t O s

Geostratos, le centre francophone d’information et d’étude géopolitique contemporaine

Archive for juin 2008

Les espions privés du député européen

Posted by geostratos sur 16 juin 2008

Nous avions déjà souligné les curieuses amitiés qui liaient certains députés européens à l’organisation terroriste des Moudjahidins du Peuple iranien, alias OMPI, alias CNRI, alias MKO, etc…

Et en particulier au travers d’un groupe des « Amis de l’Iran libre » dont le vice président est Struan Stevenson, membre du groupe du parti Populaire européen.

Ce dernier vient d’encore ajouter au malsain de ses relations avec l’OMPI, groupe violent, sectaire et présent sur la liste des organisations reconnues comme terroristes par l’Union Européenn et les USA.

En effet, dans un article paru en juin dans la presse britannique, ce dernier revendique avoir utilisé l’OMPI comme agence privée de renseignement. Nous citons : « J’ai récemment reçu des informations détaillées de l’Institut transatlantique prouvant que de grandes entreprises européennes travaillent avec le corps des gardiens de la révolution (CGR) en Iran. J’ai ensuite demandé à l’OMPI de vérifier ces informations auprès de ses sources en Iran. La semaine dernière, elle m’a donné sa réponse : une grande société italienne fournit des équipements à double usage et une société allemande de premier plan fournit une masse de machines sophistiquées pour creuser des tunnels.. »

On croit rêver. Un député européen qui se sert de terroristes, fanatiques au point de s’immoler par le feu et anciens exécuteurs des basses œuvres de Saddam Hussien, comme agents privés de renseignement.

Mais où le délire et le jeu dangereux arrêtera-t-il ? Al Quaida ne leur a pas suffit pour apprendre que l’on n’arrive pas à manipuler des fanatiques mais que c’est toujours eux qui finissent par se servir de vous ?

Publicités

Posted in Le renseignement, Terrorisme | Leave a Comment »

Brèves

Posted by geostratos sur 15 juin 2008

  • Des Américains victimes d’attentats et de tirs de roquettes sur le territoire israélien ont porté plainte à New York contre la banque suisse UBS. Ces gens, des doubles nationaux israéliens, réclament plus de 500 millions de dollars de dommages et intérêts car, accusant l’Iran de  » soutenir le terrorisme « , ils estiment la banque responsable en raison de ses relations commerciales avec Téhéran.
  • Selon des responsables israéliens, les ‎pourparlers indirects entre la Syrie et l’état hébreu ont repris dimanche via la médiation turque. Pour ‎l’heure deux hauts assistants d’Ehud Olmert se trouveraient ‎en Turquie, pour discuter de ce sujet.  ‎Elles devaient normalement continuer ce lundi. ‎
  • Le quotidien américain Los Angeles Times a écrit dans son dernier numéro que l’armée américaine est épuisée et n’a plus d’efficacité. Le quotidien a rappelé que l’armée américaine est l’armée la plus puissante du monde du point de vue d’équipements et de forces humaines, mais qu’elle a absolument besoin de la restructuration à l’heure actuelle. Le quotidien a ajouté que sous Bush, l’armée américaine s’est lancée dans deux guerres en Afghanistan et en Irak, ce qui a épuisé considérablement les forces militaires américaines. Le quotidien estime que les dirigeants de la Maison Blanche doivent entamé le plus tôt possible un projet de modernisation et de reconstruction des forces armées. Par ailleurs, un grand nombre de commandants militaires estiment que les unités de l’armée stationnées en Irak ne sont pas adaptées aux missions qui leur ont été confiées dans ce pays.
  • Le chef des services du renseignement danois (PET), Jakob Scharf, a mis en garde vendredi contre une possible attaque d’Al-Qaeda au Danemark. « Nous voyons maintenant Al-Qaeda avoir pour objectif (…) des attentats sur le territoire danois », a-t-il indiqué dans un entretien accordé au quotidien gratuit Nyhedsavisen.
  • Plusieurs articles dans la presse française évoquent les liens douteux entre la Direction de la Surveillance du Territoire (DST – contre espionnage français) et certaines sociétés de renseignement privées. La DST n’hésiterait pas à utiliser certaines de ces soicétés et en contre partie elur fourniraient certaines informations croustillantes à revendre chèrement.

Posted in Divers | Leave a Comment »

Les terroristes belges (3 et fin ?)

Posted by geostratos sur 11 juin 2008

L’arrestation de 4 activistes d’extrême-gauche a remis en lumière ce que d’aucuns semblaient avoir voulu oublier : l’existence en Belgique d’une mouvance « intérieure » favorable au terrorisme.

Nous pensons donc utile de rappeler qui sont ces groupes de la gauche la plus extrême et leur histoire.

Nous publierons cet état des lieux en 3 parties

3. L’après CCC

Après l’arrestation en décembre 85 de Pierre Carette, Bertrand Sassoye, Didier Chevolet et Pascale Vandegeerde, les attentats des CCC cesseront. Ces 4 personnages furent-ils les seuls membres des CCC ou bien leur arrestation a-t-elle semé un vent de panique chez leurs « camarades » qui ont préféré se faire oublier et/ou partir à l’étranger ?

A l’époque, personne ne le sait avec certitude mais de nombreux éléments laissent penser qu’il y a avait d’autres militants armés (voir la partie « 2. Les zones d’ombre des années de plomb »). C’est ce que les membres incarcérés des CCC ont aussi toujours laissé entendre sans rentrer dans les détails et surtout sans fournir d’explication politique à la disparition des autres « cellules ».

Quoi qu’il en soit, après les arrestations, la mouvance pro-terroriste se réorganisa rapidement en groupes de soutien aux prisonniers (selon le mode opératoire habituel). Ce sera d’abord la création de l’APAPC (Association des Parents et Amis des Prisonniers Communistes) qui publiera pendant un certain temps, une luxueuse brochure intitulée « Correspondances Révolutionnaires » et dont l’essentiel des textes étaient produit par les prisonniers CCC ou d’autres organisations européennes du même type.

Très rapidement, un pôle activiste se lança sous le nom CAPC (Comité d’Agitation et de Propagande Communiste) qui se fit remarquer par l’occupation de l’ambassade du Pérou à Bruxelles en soutien au groupe terroriste péruvien « Sentier Lumineux ». D’autres occuperont les bureaux de l’Agence France Presse à Bruxelles en soutien aux détenus d’Action Directe.

Dès la fin des années 90, cette mouvance se mit à militer pour obtenir la libération des militants CCC à l’issue de la peine minimale prévue pour les condamnés à perpétuité.

Pascale Vandegeerde et Didier Chevolet ayant choisi de faire profil bas, ils seront libérés les premiers mais Sassoye et Carette, faisant les durs qui ne renient rien, seront le centre des actions de l’APAPC qui, entretemps, se transforma en « Secours Rouge » avec comme programme d’aider plus largement tous les militants extrémistes de gauche emprisonnés en Europe ou ailleurs, pour activités violentes ou carrément terroristes.

La rencontre entre ces militants pro-CCC et d’autres éléments d’ultra-gauche rassemblés autour d’une association et d’une librairie (basée à St Gilles et intitulée Aurora) va déboucher sur la naissance du Bloc Marxiste Léniniste qui se veut un mouvement politique rassemblant les purs et les durs d’une extrême-gauche nostalgique de sa force militante des années 80.

Affiche « décomplexée » du Bloc Marxiste Léniniste

Sassoye et Carette (après sa libération) s’y investiront avant que Carette ne s’en éloigne pour d’obscures raisons idéologico-dialectiques.

Ces derniers mois, Sassoye et le Secours Rouge avaient multiplié les réunions de soutien à d’autres extrémistes emprisonnés pour terrorisme. Le Bloc Marxiste Léniniste, lui, avait réuni 300 personnes le 1er mai à Saint Gilles dans une manifestation aux accents particulièrement radicaux. Est-ce que cette, relative, montée en puissance militante a poussé les autorités à réagir ? On ne le saura pas tout de suite. Il faudra attendre de connaître les côtés plus obscurs de cette nouvelle affaire de terrorisme à la belge.

Posted in Terrorisme | 1 Comment »

Les terroristes belges (2)

Posted by geostratos sur 10 juin 2008

L’arrestation de 4 activistes d’extrême-gauche a remis en lumière ce que d’aucuns semblaient avoir voulu oublier : l’existence en Belgique d’une mouvance « intérieure » favorable au terrorisme.

Nous pensons donc utile de rappeler qui sont ces groupes de la gauche la plus extrême et leur histoire.

Nous publierons cet état des lieux en 3 parties

2. Les zones d’ombre des années de plomb

Après avoir été les coursiers et les complices des grands frères européens d’Action Directe et de la Fraction Armée Rouge, nos « Baader » belges vont se mettre à préparer activement leur propre passage à la lutte armée.

Le groupe français Action Directe (AD) jouera un rôle important dans cette préparation. Ce qui explique qu’on trouvera les empreintes de Pierre Carette dans plusieurs caches d’AD.

Mais l’inverse fut aussi très souvent le cas et on trouvera plus tard de nombreuses empreintes des chefs d’AD dans certaines caches belges des CCC.

Nous n’allons pas ici refaire un historique des attentats perpétrés par les CCC (ce qui a été largement fait ces temps-ci) mais bien nous intéresser aux événements moins connus et à des côtés plus obscurs de cette aventure terroriste à la belge.

Les actes dont on parle moins

Une rumeur qui circulait dans le monde du renseignement dans les années 83 et 84 était que des militants d’extrême-gauche avaient participé à plusieurs hold-up dont certains avaient été sanglants. Les CCC, dans un de leurs textes et après leur libération, ont confirmé cet état de fait. Ils dénommaient d’ailleurs ces braquages, des «expropriations prolétariennes». Fort étonnamment, la justice semble ne pas avoir vraiment cherché quels braquages leur étaient imputables.

En mai 84, les futures CCC sans doute appuyées par des Allemands et des Français attaquent la caserne du 3è Chasseurs Ardennais à Vielsalm pour y voler des armes. Surpris par l’officier de garde, ils l’abattent mais heureusement, il survivra. A noter que Bertrand Sassoye, futur CCC, avait fait un début de service militaire à cette caserne avant d’en déserter.

En Juin 84, à nouveau en commando mixte franxo-belgo-allemand, les CCC volent 800 kg d’explosif à dans une carrière à Ecaussines. Ces explosifs serviront longtemps et dans  de nombreux attentats des 3 groupes terroristes (CCC, AD et RAF).

La photo de l’avis de recherche de Pierre Carette

Une scission ?

En Avril 85, un attentat est revendiqué par un nouveau groupe intitulé « FRAP, Front Révolutionnaire d’Action Prolétarien ». Il deviendra le spécialiste des bombes contenues dans des casseroles à pression. On polémiqua longtemps sur l’origine du groupe : imitateurs ou membres des CCC qui avaient fait scission ? On sait aujourd’hui qu’il s’agissait sans doute d’une scission d’éléments plus anarchistes que marxistes et qui auraient été encouragé à le faire par Action Directe (fort déçu de ne pas avoir le leadership sur les CCC).

Les gens qui seront arrêtés dans le cadre de ces attentats particuliers appartenaient en tous les cas clairement aux milieux anarchistes et spécialement à la mouvance réunie autour de « Radio Air Libre » dont certains fondateurs étaient des anciens du…Comité de Soutien aux Prisonniers de la Fraction Armée Rouge (voir la partie « 1. Le temps du soutien »).

Ce sera suite à un attentat manqué du FRAP que la police obtiendra les premiers éléments matériels probants dans le cadre de leur enquête contre le terrorisme belge.

La nébuleuse autour des CCC

Le moins que l’on puisse dire est que de nombreux personnages liés à des affaires assez curieuses ont émergé à l’époque des attentas CCC. Prenons ainsi, ce vieux militant espagnol anti-franquiste et communiste fanatique (un de ses fils était prénommé Stalin et une de ses filles Katiouchka !) et dont plusieurs membres de la famille étaient membres du collectif de soutien aux CCC, Ligne Rouge. Le papa et plusieurs de ces enfants et leurs compagnes/compagnons seront arrêtés lors d’une très nébuleuse affaire de pistolet mitrailleur qu’un de ses amis, espagnol également, lui avait demandé d’enterrer !!! Cet ami tenait un café à St Gilles, connu pour avoir une clientèle d’extrême-gauche et que Carette aurait également fréquenté. Après plusieurs mois de détention, tout ce petit monde sera libéré et on n’entendra plus trop parlé de cette affaire. Certains prétendent que le père de famille espagnol en question, aurait été lors de la lutte contre le franquisme, membre d’un groupe violent intitulé FRAP…

Il y aussi le cas emblématique de Maurice A., ancien militant gauchiste condamné dans l’affaire du réseau de fuite d’un truand français (voir la partie « 1. L’époque du soutien »). Disparu de la circulation, il reprendra du service dès l’apparition des CCC et rejoindra rapidement Ligne Rouge où son aura d’ancien lui permit de rapidement gagner la confiance des plus jeunes. Mais selon de nombreuses sources provenant de ce milieu et du monde journalistique, il semblerait qu’il était entretemps devenu IRC (Informateur Rémunéré Confidentiel) de la Sureté de l’Etat. Il semblerait que c’est lui qui aurait joué un rôle déterminant dans l’arrestation de Carette.

Il y a aussi le cas de Didier S., également un vieux de la vieille, ancien trotskiste passé à la mouvance « autonome » et violente. Il se réactivera après la création des CCC et sera très actif au sein de Ligne Rouge. Lui aussi possède une tenace réputation d’indicateur de police dans les milieux de gauche.

Il y a aussi Pierre V., militant de Ligne Rouge arrêté plusieurs mois  après Carette & Co avec une arme à feu et une balle engagée dans le canon. On a dit à l’époque qu’il allait passer dans la clandestinité et réactiver une cellule terroriste. La justice sera en tous les cas trop clémente pour que l’on ait vraiment été dans ce cas de figure. Par contre, cette arrestation sera le prétexte de nombreuses perquisitions et interpellations dans ce qui restait de Ligne Rouge à l’époque.

Le collectif en question était d’ailleurs devenu à ce point infiltré que les prisonniers des CCC demandèrent eux-même et finiront par obtenir l’autodissolution de Ligne Rouge.

Dernière zone d’ombre de cette époque, la théorie officielle comme quoi, les CCC se limitaient aux quatre personnes interpellées. Alors que plusieurs appartements conspiratifs contenant des armes seront découverts des années plus tard alors que le loyer avait longtemps continué à être payé. Par qui donc… ?

On pense bien sur à un certain Marc D., vieux partenaire de Carette et qui, à l’époque des attentats, était signalé recherché au Bulletin Central de Signalement (BCS) de la gendarmerie pour atteinte à la sécurité de l’état et dont la photo ornait les avis de recherche internes de la gendarmerie aux côtés de Carette, Sassoye, etc…

Alors y a-t-il eu à l’époque une sorte de « gentleman agreement » entre l’Etat et les cellules encore opérationnelles ? Nul ne le sait mais à notre connaissance, Marc D. et d’autres ne seront jamais inquiétés…

Posted in Terrorisme | Leave a Comment »

Les terroristes belges (1)

Posted by geostratos sur 9 juin 2008

L’arrestation de 4 activistes d’extrême-gauche a remis en lumière ce que d’aucuns semblaient avoir voulu oublier : l’existence en Belgique d’une mouvance « intérieure » favorable au terrorisme.

Nous pensons donc utile de rappeler qui sont ces groupes de la gauche la plus extrême et leur histoire.

Nous publierons cet état des lieux en 3 parties

1. L’époque du soutien

Dans les années 70 et 80, les plus grands pays européens connaissaient une vague de terrorisme : l’Italie avec les Brigades Rouges, l’Allemagne avec la Fraction Armée Rouge et la France avec Action Directe. La Belgique est plutôt épargnée. Connaissait-elle une extrême-gauche moins organisée ou plus pacifique ? Pas du tout.

Mais la Belgique servait à l’époque de base arrière à tous les groupements terroristes européens qui, en contrepartie, évitaient de mener des actions violentes dans le pays (dans une  sorte d’arrangement malsain avec certains services de sécurité belges).

Il y avait une véritable filière pour cacher, transporter et éventuellement exfiltrer des terroristes. Cette filière fut mise à jour au moment  de l’affaire Besse (truand français évadé du palais de justice de Bruxelles) et qui aurait profité de cette filière composée de militants d’extrême-gauche. Déjà, cette collusion truands/terroristes encore présente dans la récente affaire des ex-CCC puisque deux des personnes mises en cause appartiennent au milieu du grand banditisme.

A l’époque aussi, comme aujourd’hui, les supporters du terrorisme déguisaient leur apologie de la violence politique derrière le soutien aux détenus. C’est ainsi que s’est crée en juin 1976 le Comité de Soutien aux Prisonniers de la Fraction Armée Rouge animé par un certain Pierre Carette…Ce comité sera particulièrement soutenu par une agence de presse alternative : « Agence de Presse Libération ».

Le Comité et Carette seront rapidement soupçonnés de fournir des cartes d’identité belges volées à leurs amis allemands. Mais on laissa faire pour les raisons évoquées plus haut.

Pour le reste, Carette et ses camarades se feront remarqués par des actions symboliques telles que l’occupation de l’ambassade des Pays Bas en mars 78 ou le déploiement d’un énorme calicot à la Bourse mais aussi lors d’une messe animée par le Cardinal Suenens.

Mais en juillet 1979, les services de sécurité se mettent à craindre que Carette et ses amis aient décidé de passer à quelque chose de plus concret car un attentat à la bombe a lieu à Casteau (près de Mons) et vise, sans succès, le commandant en chef de l’OTAN, le général américain Alexander Haig. On n’identifiera jamais les auteurs mais certains membres de l’entourage de Carette seront fortement soupçonnés.

D’autres groupes « autonomes » existent à cette époque et ne cachent pas non plus leur sympathie envers les groupes terroristes, n’hésitent pas à provoquer de violentes confrontations avec la police. Certaines manifestations sympathisantes de la Fraction Armée Rouge iront jusqu’à rassembler 2000 personnes dont une grande partie y venait par recherche de la confrontation avec la police.

Pour en revenir à Carette, entre 1979 et 1981, il va tomber sous l’influence de la mouvance française d’Action Directe et de son théoricien Frédéric Oriach qu’il rencontrera à plusieurs reprises sans cesser, par ailleurs, de rendre des services à un groupe ou l’autre…Ce qui lui vaudra, une expulsion de Suisse pour transport de munitions.

En 1981, Carette ouvre une imprimerie à Saint Gilles qu’il nomme « les Ateliers Graphiques », c’est là qu’il fera la connaissance de Bertrand Sassoye, son futur complice des CCC. Il lance en 1982, une revue intitulée tout simplement « Subversion ». C’est à cette époque qu’il commencera une collaboration pratique avec Action Directe en France

En 1983, Carette qui a sans doute déjà pris la décision de se lancer dans la lutte armée, lance un collectif intitulé « Ligne Rouge » ayant pour but de « populariser » les communiqués des organisations terroristes de toute l’Europe. Ils purent même profiter à une époque, d’une émission radio sur « Radio Air Libre ». Emission intitulée « Infraroufge » et qui était une véritable apologie du terrorisme.

Très rapidement, on retrouvera à Ligne Rouge, tous ceux qui seront le noyau de base des futures Cellules Communistes Combattantes. Ligne Rouge fut sans nul doute  la dernière étape de la préparation du passage à la lutte armée. Le Collectif sera en effet lancé en septembre 83 et Carette rentrera dans la clandestinité en juin 84. La première bombe des CCC explosera le 2 octobre 84.

(à suivre…)

Posted in Terrorisme | Leave a Comment »

Changements à la tête des services secrets syriens

Posted by geostratos sur 7 juin 2008

Le général Assef Shawkat, patron des Renseignements militaires, a été remplacé. On pense qu’il est victime de ne pas avoir pu empêché les Israéliens de rassembler de nombreuses informations sur le site (nucléaire ?) récemment bombardé par Tsahal.

On dit qu’il paye également le fait que ses services n’ont pu empêché l’élimination d’un leader du Hezbollah,  Imad Moughnieh, assassiné dans un quartier résidentiel et particulièrement sécurise de Damas.

Posted in Le renseignement | Leave a Comment »

Lettre ouverte aux journalistes, aux décideurs et aux hommes politiques !

Posted by geostratos sur 5 juin 2008

L’organisation des Moudjahidins du Peuple (alias OMPI, alias CNRI, alias MKO) est clairement une organisation terroriste qui a très judicieusement été placée par les USA et l’Union européenne sur leurs listes respectives des groupes terroristes
https://geostratos.wordpress.com/2007/05/14/le-rapport-du-departement-d%e2%80%99etat-americain-au-sujet-de-l%e2%80%99ompicnri-l%e2%80%99organisation-de-massoud-et-maryam-rajavi/

Les Moudjahidins sont en train de lancer leurs dernières forces dans la bataille du lobbyng afin de persuader l’Union européenne de les retirer de cette liste.

Nous sommes un des sites géopolitiques (www.geostratos.org) qui dénonce les agissements de groupes terroristes dont on parle beaucoup moins que les tristement célèbres Al Qaïda & Co.

Ce n’est pas pour autant qu’ils sont moins dangereux. D’autant plus qu’on retrouve dans le cas des Moudjahidins, le même jeu d’apprenti sorcier de l’Occident qu’avec Al Qaïda.
https://geostratos.wordpress.com/2007/11/05/la-cia-nous-prepare-t-elle-un-nouvel-al-quaida/

Nous pensons que s’opposer à la politique de l’Iran ne vaut pas de s’allier avec des terroristes fanatiques. Quelques rappels :

– l’OMPI est responsables de centaines de morts iraniens mais a aussi fait des victimes  américaines lors de son terrorisme sous le régime du Chah (à l’époque, ils étaient les alliés de Khomeiny)
https://geostratos.wordpress.com/2007/03/12/les-premieres-victimes-du-terrorisme-de-lompi/

– l’OMPI a collaboré avec Saddam Hussein et a participé à la répression contre les Kurdes et les Chiites iraniens. La justice irakienne veut d’ailleurs les poursuivre pour cela
https://geostratos.wordpress.com/2008/01/11/les-amis-des-amis-de-saddam/
https://geostratos.wordpress.com/2007/02/20/de-nouveaux-documents-impliquent-l%e2%80%99organisation-terroriste-ompi-dans-le-massacre-de-kurdes/

– l’OMPI est une véritable secte comme l’a prouvé le rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme « Human Rights Watch »
https://geostratos.files.wordpress.com/2008/03/hrw.pdf

–  l’OMPI est toujours sous le coup d’une enquête pour terrorisme en France, enquête au cours de  laquelle, la police a trouvé 8 millions de dollars en liquide dans leur local
https://geostratos.wordpress.com/2007/04/12/de-nouvelles-charges-dans-le-dossier-judiciaire-de-l%e2%80%99ompi/

– l’OMPI a encouragé ses militants à s’immoler par le feu lors de la brève interpellation de leur gourou Maryan Rajavi en France en 2003
https://geostratos.wordpress.com/2008/04/17/ompi-la-diagonale-du-fou/

Retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes leur permettra de s’implanter encore plus en Europe. Ils en deviendront forcément une menace potentielle pour nos états.

De plus, si les Iraniens ont bien entendu le droit de réclamer une vraie démocratie, cela ne passe pas par la prise de pouvoir d’une organisation terroriste, sectaire et non soutenue par une grande partie de la population.
https://geostratos.wordpress.com/2007/03/16/ce-que-les-autres-opposants-iraniens-pensent-des-moudjahidins-du-peuple/
C’est car nous craignons que l’Occident ne soit en train de relancer un nouvel Al Qaïda que nous vous demandons à vous tous : décideurs, politiques et journalistes de ne pas inconsidérément soutenir, appuyer ou donner une audience inutile à ces terroristes.

Réfléchissez-y avant qu’il ne soit trop tard !

 

Rodoplhe Richier
Centre francophone d’études géopolitiques contemporaines
www.geostratos.org
info@geostratos.org

Posted in Divers | Leave a Comment »

Quand des terroristes font un colloque

Posted by geostratos sur 2 juin 2008

D’autres que nous, et de plus en plus, dénoncent  le jeu dangereux que joue l’Occident avec l’organisation des Moudjahidins du peuple iranien (alis OMPI alias CNRI alias MKO). En effet, certaines forces politiques occidentales essaient de les manipuler contre l’Iran mais en jouant avec le feu tant le côté sectaire et terroriste de cette organisation est marqué et dangereux.

Le site Iran-Resist, site d’opposition iranien vraiment démocratique, a récemment publié un très intéressant aticle sur les méthodes utilisées par les Moudjahidins pour se faire eux-même de la pulicité sous couvert d’associations écrans.

Nous vous le livrons ci-dessous

Le lobby clandestin des Moudjahedines de Peuple (de Maryam Radjavi) continue de proliférer et fait de nouveaux victimes : André Glucksmann, Bruno Tertrais et Frédéric Encel.

S’il est un fait indéniable, c’est que l’union des opposants iraniens serait la meilleure des choses. Mais encore faut-il définir cette opposition. Alors que nous devrions tous montrer un visage uni et combattre un ennemi unique qui est la république islamique, nous avons appris à nous méfier de certains opposants iraniens, depuis les officiels (ceux que nous savons téléguidés par Téhéran) jusqu’à ceux qui ont été un temps partie prenante de la révolution islamique avant de s’en éloigner parce que leurs dirigeants n’avaient pas eu le poste convoité. Parmi eux il est une organisation plus spécieuse que les autres, l’OMPI (organisation des moudjahedines du peuple), actuellement basée à Auvers-sur-Oise.

Cette organisation, listée comme terroriste et que nous considérons toujours comme tel, a par le passé bénéficiée des largesses et des facilités du régime de Saddam Hussein, se chargeant de basses besognes et de combattre aux côté des forces de Bagdad contre les kurdes irakiens ou dans le conflit Irak-Iran. C’est d’ailleurs ce qui fait que pour une écrasante majorité d’iraniens de tous bords mieux vaut encore composer avec le régime des mollahs qu’avec cette organisation doctrinaire marxiste religieuse où le culte du leader est poussé à son paroxysme comme leur a enseigné leur modèle Kim Il Jung. Les méthodes de ce groupe et de ces chefs, les Radjavi, présentent très souvent des aspects rappelant étrangement les méthodes d’enrôlement dans les sectes alors que cette organisation en a bien souvent la forme. On y fait même des mariages arrangés (lien) et en nombre comme un certain révérend Moon ou on se suicide par le feu sur commande…

Les grandes manoeuvres continuent !

Connus sous divers noms, en anglais, en français ou en persan, cette organisation fait actuellement un lobbying intense en Europe et aux USA pour se faire retirer de la liste terroriste avec le soutien de nombreuses personnes peu au fait de l’Iran, des iraniens et des oppositions. Souvent de gauche, c’est en partant de bons sentiments que de nombreuses personnalités françaises comme Edith Cresson, Danielle Mitterrand, Régine Deforges, Jean Ferrat, José Bové, Mouloud Aounit, Bernard Stasi, Mgr Gaillot ou l’Abbé Pierre apportent un soutien qui ne contribue qu’à les discréditer encore plus [1].

  A ces personnalités, depuis un certain temps viennent de se rajouter les noms d’André Glucksmann, de Bruno Tertrais et de Frédéric Encel [2] qui pour la deuxième fois participeront à un colloque organisé par les Moudjahedines.

Les Moudjahedines (OMPI/CNRI/MEK) organisent donc les 22/05 à Paris et 25/05 à Washington deux grands débats pour débattre à propos du programme nucléaire iranien.

Le meeting de Paris qui se déroulera dans les salons Hoche près de l’Étoile ne nécessite même pas de s’inscrire par avance. Il est officiellement organisé par un Think Tank de Londres nommé «Gulf Intelligence Monitor» (GIM) qui mérite d’être présenté.

Ce groupe de Londres a été crée en 2003 par un dénommé Simon Bailey et les recherches sur ce groupe nous renvoient systématiquement aux sites de l’OMPI, que ce soit le site IRAN-FOCUS ou celui de CNRI.

Tout aussi parlant est la visite du site de Gulf Intelligence Monitor dont les quelques textes sont tous à propos de l’Iran mais avec des référencements OMPI-istes. Nous n’avons trouvé aucun livre, étude, dossier ou simple article à mettre à l’actif de ce Think Tank ou de l’un de ses supposés consultants depuis 2003. Simon Bailey et ses collègues ne sont connus d’aucun autre Think Tank ou chercheurs. Il semblerait qu’il s’agisse de prête-noms pour une organisation écran.

Ce besoin et cette habitude de passer par d’autres organisations écran, est un reste des habitudes des moudjahedines alors qu’ils étaient dans la clandestinité, mais aujourd’hui, elle a une réelle utilité : le nom de l’OMPI est lié au terrorisme et ferait fuir les participants, les intervenants et l’assistance.

Cependant, il y a parmi les intervenants 5 américains, Bill Cowan, Thomas McInerney, Charles T.Nash, Paul E.Vallely & Ray Tanter, tous d’anciens militaires à la retraite membres « Iran Policy Committee », un lobby monté par un ex-officier de la CIA. « Iran Policy Committee » est présidé par Raymond Tanter et le groupe de pression a pour objectif de convaincre l’administration Bush de retirer l’OMPI de la liste américaine des organisations terroristes.

«Iran Policy Committee», Bill Cowan, Thomas McInerney, Charles T. Nash, Paul E. Vallely et Ray Tanter sont les lobbyistes officiels de l’OMPI aux Etats-Unis.

Parallèlement aux efforts de Tanter et depuis un certain temps, les disciples des Radjavi ont modifié leurs discours officiels : ils ne parlent plus de supprimer par la violence (si besoin) leurs adversaires (même si dans les faits ils continuent). Aujourd’hui l’OMPI fait savoir à qui veut l’entendre qu’elle est un groupe démocrate et non violent…..et on est prié de les croire sans rire et sans trembler !

Ces colloques ne sont que des opérations de relations publiques qui visent à obtenir des supports parmi les médias et les décideurs occidentaux afin de se faire encore une fois passer pour l’unique force de la résistance iranienne ainsi qu’ils aiment à le rappeler. En réalité, leurs opérations terroristes aveugles, qui ont fait beaucoup de victimes dans les populations civiles iraniennes, sont condamnées par les iraniens d’Iran et par les autres opposants qui essaient de se servir des voies démocratiques et légales.

Une question récurrente est aussi posée de savoir d’où l’organisation tire les revenus pour organiser toutes ses opérations de relations publiques, maintenir tous ses sites Internet, publier toutes ses brochures ?

Une autre question demeure de savoir comment il se fait que le FBI ou la Police Française laissent ce groupe agir aux USA ou en France alors même qu’il est sur le liste des organisations terroristes du Département d’État des USA et de l’Union Européenne ? On sait que des fonds importants leurs furent remis par les agents baasistes irakiens, on sait aussi que des sommes importantes furent détournées au début de la république islamique. Selon les dissidents de l’OMPI, d’importantes sommes leur auraient aussi été remises pour prix de leur trahison envers Saddam (une de plus) lors de l’attaque sur l’Irak (les Moudjahedines ont refusé de combattre et ont fourni les armes fournies par Saddam aux forces coalisées).

 

 

Posted in Terrorisme | Leave a Comment »