G e O s t r a t O s

Geostratos, le centre francophone d’information et d’étude géopolitique contemporaine

Le renseignement israélien au Liban est décimé !

Posted by geostratos sur 6 juin 2009

libanLes membres libanais du réseau d’espionnage qu’Israël avait crée dans le pays du Cèdre, tombent comme des mouches depuis avril entre les mains des Forces de Sécurité Intérieures (FSI).A l’heure où nous écrivons ces lignes, ce sont 35 personnes qui ont déjà été arrêtées.

La plus grosse prise est un ex-général de la Sûreté Générale, Abid El Alam, appréhendé ainsi que sa femme et l’un de ses neveux. Durant leurs interrogatoires, ils ont avoué avoir œuvré pour Israël depuis une quinzaine d’années.

Parmi les individus détenus et inculpés, certains ont avoué s’être  rendus en Israël pour y suivre une formation et recevoir des instructions. D’autres, ont fourni aux Israéliens des renseignements sur les mouvements de personnes et sur l’emplacement et la nature de positions militaires, appartenant aussi bien au Hezbollah qu’à l’armée libanaise. Les membres du réseau avaient aussi fourni des renseignements sur des radars et des infrastructures de communication.

Parmi les suspects figurent, entre autres, des membres des forces de sécurité libanaises, le maire-adjoint d’une ville de l’est du Liban, un professeur de mathématiques, un conducteur de poids lourd et une femme au foyer. Chez certains, on a trouvé du matériel électronique sophistiqué qui devaient les aider à la surveillance et à la transmission des informations à leurs patrons israéliens.

Le démantèlement de ce réseau est le dernier d’une véritable série noire pour le renseignement israélien au Liban : il y a eu l’affaire Marwan Faqih.

Ce propriétaire d’une station-service à Nabatiyé, dans le sud du Liban, aurait été recruté en France par les services israéliens dans les années 1990. Selon certaines sources, il était un important fournisseur en véhicules du Hezbollah et les équipait de transmetteurs satellites qui informait les israéliens des déplacements de certiains cadres du Hezbollah..

En novembre, les autorités libanaises avaient également rendu public l’arrestation d’un autre espion, Ali Jarrah, qui aurait été démasqué avec son frère Youssef. Ils opéraient depuis 1983 dans un autre fief du Hezbollah, la vallée de la Bekaa

mossad

Les raisons de ce coup de filet ?

Les Israéliens ont pourtant une bonne réputation dans la gestion de ce genre de réseau. De plus, certains des membres du réseau travaillait depuis des années pour le Mossad sans jamais avoir été inquiété. Qu’est-ce qui a pu provoqué une telle catastrophe ?

La bévue ?

Certains parlent d’une monumentale bévue de la part du général à la retraite Abid El Alam. Ce dernier  n’aurait pas mis en sécurité une liste de soixante lignes internationales de téléphonie mobile en sa possession. Il aurait eu pour rôle de les distribuer aux membres du réseau et n’aurait pas détruit les numéros des lignes qu’il avait déjà attribuées. La sécurité libanaise n’aurait donc eu qu’à analyser les communications opérées à partir de ces numéros afin de démasquer les membres du réseau.

Les Iraniens ?

Début novembre 2008, le VEVAK, le service de renseignement iranien, aurait transféré une unité spéciale à Beyrouth afin de former les hezbollahis aux contre-mesures électroniques. En auraient-ils profité pour leur fournir des moyens d’interception électroniques qui aurait permis d’intercepter les communications du réseau ?

La CIA ?

On parle aussi beaucoup d’un équipement hypersophistiqué d’identification et de déchiffrage de conversations téléphoniques, qui a été remis à la sécurité libanaise par la CIA américaine. Des officiers libanais auraient été spécialement formés à l’utilisation de cet équipement aux Etats-Unis. Le paradoxe de la situation, si elle se confirme, c’est que la CIA avait bien évidemment donné cet équipement aux Libanais pour qu’ils s’en servent contre le Hezbollah, les Syriens ou les Iraniens et pas contre les Israéliens.
Si cela se confirme, cela signifierait que les Américains n’ont pas prévenu (ou trop tard) leurs alliés israéliens du présent qu’ils faisaient au FSI libanais. Voilà qui ne va pas réchauffer les relations déjà bien froides entre Washington et Jérusalem.

Les erreurs des Israéliens ?

Ceci dit, le Mossad aurait dû envisager que de tels moyens tombent dans les mains des FSI ou du Hezbollah et il aurait dû prendre des précautions en conséquence. La légèreté avec laquelle les Israéliens ont agi est difficilement compréhensible en termes de renseignement. Le b.a.-ba du métier, c’est le cloisonnement entre les réseaux afin d’empêcher l’effet domino si l’un de vos hommes se fait prendre. Certains y verront une confirmation de la perte de professionnalisme que l’on attribue de plus en plus aux services de renseignement israélien.

 Cette affaire n’est sans doute pas encore close et d’autres rebondissements ne sont pas à exclure. Et pas seulement au Liban puisqu’il semblerait que le service de sécurité intérieure libanais aurait transmis à la Syrie, le contenu des interrogatoires des suspects récemment arrêtés pour espionnage en faveur d’Israël. Il semblerait que les suspects ont parlé de missions qu’ils auraient également accomplies en Syrie à la demande des Israéliens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :