G e O s t r a t O s

Geostratos, le centre francophone d’information et d’étude géopolitique contemporaine

Le Yemen : chronique d’une catastrophe à venir ?

Posted by geostratos sur 8 septembre 2009

La guerre qui dure au Yemen depuis 5 ans vient de connaître une brutale et sanglante accélération puisque plusieurs milliers de personnes sont mortes en un mois au cours d’intenses combats opposant l’armée yéménites aux rebelles Houthis d’obédience chiite. Rebelles dont le nom provient du fondateur du mouvement, Badreddin al-Houthi, tué par l’armée yéménite en 2004 .

Yemen

Ces rebelles, dont les forces s’élèvent à 15.000 hommes bien armés, se retrouvent dans les montagnes au nord du pays, à la frontière saoudienne. 

Cette proche rébellion inquiète d’ailleurs l’Arabie Saoudite à un point tel que son aviation prête main forte à l’armée yéménite. Il n’est d’ailleurs pas le seul pays tiers à intervenir dans ce conflit puisque l’aviation et la marine égyptienne transportent de nombreuses munitions (payées par les Américains) destinées à la petite armée yéménite qui avait déjà atteint ses limites à ce niveau.

Cette internationalisation du conflit est sans doute une nouvelle illustration de la guerre par procuration (par alliés interposés) que se mènent les USA (qui soutiennent la coalition Yemen, Arabie Saoudite et Egypte), d’une part et l’Iran qui semble soutenir les rebelles chiites, d’autre part.

Cette nouvelle confrontation  a clairement comme enjeu le contrôle direct ou indirect de la région entourant la mer Rouge. Région qui est la clé pour tout qui veut exercer une influence déterminante dans la région.

Toute proportions gardées, ce conflit pourrait rappeler la guerre du Liban en  2006, où Herzbollah et Israël étaient les « champions » de leurs grands frères respectifs : l’Iran et les USA.

Quoi qu’il en soit, il s’agit de la sixième offensive du genre, lancée par le president Ali Abdullah Saleh depuis le début de la guerre en 2000. Elle rassemble 20,000 hommes qui ont comme but de déloger les 15,000 rebelles chiites des montagnes situées dans la province de Saada, au nord du pays.

Ces dernières semaines, la rapidité et la quantité de ravitaillement en armes et munitions des rebelles, sans doute fourni  par l’Iran, a impressionné Washington et ses alliés.  L’armée yéménite a donc fort à faire face à des insurgés lourdement armées et elle peine même à maintenir les combats dans la région de Saada.

2009-08-07-yemenhouthi1

C’est d’ailleurs un autre parallèle avec la dernière guerre du Liban  : la surprise de Washington et de ses alliés face au savoir faire de la rebellion chiite. C’est ainsi que la première division yéménite d’infanterie mécanisée, pourtant renforcée de troupes parachutistes et commando, a été incapable de percer les fortifications rebelles.

Si la situation devait empirer*,  ce conflit risque de prendre des proportions internationales encore plus grandes et pourrait, à terme, représenter le danger le plus grave pour la stabilité de la péninsule arabique depuis l’invasion du Koweit par Saddam Hussein en 1991.

*ce qui semble être le cas puisque c’est la ville même de Saada qui est maintenant la proie de violents combats

Advertisements

Une Réponse to “Le Yemen : chronique d’une catastrophe à venir ?”

  1. angel said

    Le modèle étatique occidental est remis en cause par toutes les guérillas modernes et le Yemen ne fait pas exception. Pour aller plus loin : http://www.alliancegeostrategique.org/2009/09/09/le-declin-provisoire-de-la-guerre-interetatique-et-l’emergence-de-la-guerre-au-sein-des-populations/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :